RDC – État de siège : les torchons brûlent au sein de l’UNC de Vital Kamerhe

Partager via

L’État de siège avait été instauré au Nord-Kivu et en Ituri en mai dernier par le Chef de l’État Félix Tshisekedi pour éradiquer l’insécurité dans cette partie du pays.

Après plusieurs prolongations, certaines personnalités estiment que cet état de siège ne résout rien car les civils continuent à mourir.

Dans un tweet retiré quelques heures après, Billy Kambale secrétaire général de l’Union pour la Nation congolaise, parti cher à Vital Kamerhe a haussé le ton pour affirmer que l’État de siège est un échec et qu’il faut le réévaluer.

« L’État de siège est un échec, il faut le réévaluer. Il n’est jamais tard », avait t-il dit.

Quelques minutes après, Aimé Boji ancien secrétaire dudit parti et actuel ministre du Budget a déclaré qu’il est nécessaire de soutenir l’État de siège jusqu’à l’éradication  » totale » de l’insécurité et qualifier cela d’échec, frise l’antipatriotisme.

« Je suis UNC, j’étais à Goma, à Beni et à Bunia…Qualifier l’État de siège d’un échec frise l’antipatriotisme. Le verre étant à moitié plein, soutenons l’État de siège jusqu’à l’éradication totale de l’insécurité », a dit Aimé Boji.

De l’autre côté, Baudouin Mayo ancien ministre du Budget et cadre de l’UNC a affirmé que l’état de siège est un processus et une détermination, pas une baguette.

« L’état de siège n’est pas une baguette. Il est l’expression de la volonté du peuple congolais de pacifier l’Est du pays. Il est donc un processus et détermination. Ensemble derrière le Chef de l’État, nous y arriverons malgré les complicités internes », a notifié Baudouin Mayo.

L’UNC est le partenaire du Chef de l’État et la prise de position de l’actuel secrétaire général a suscité plusieurs questions et les réactions de deux autres ont poussé la population à s’interroger sur le futur de cette coalition que Billy Kambale fustige en temps et à contre temps.

Jeancy Ngampuru

Laisser un commentaire

error: Attention, ce contenu est protégé !!