RDC: Les portes du ministère de la fonction publique restent encore fermées

Partager via

C’est depuis mi-mars dernier que les fonctionnaires de l’État congolais sont en grève et jusqu’à ces jours les portes du bâtiment administratif du ministère de la fonction publique, modernisation de l’administration et innovation du service public, se trouvent encore fermées.
Selon les syndicalistes de la Fonction publique, deux raisons sont à la base de cet arrêt de travaux à leur ministère. Il s’agit notamment du non-paiement des primes d’encadrement des fonctionnaires de l’État et la non-rétrocession de leurs impôts professionnels sur les rémunérations (IPR).
« Les causes principales de notre grève sont l’impaiement de nos primes d’encadrement, il y a de cela 4 mois et aussi la non-rétrocession de nos impôts professionnels sur les rémunérations (IPR) qui équivalent à 15% de nos salaires mensuels. Nous voulons que nos IPR nous soient remboursés comme a été le cas avec nos amis du ministère du budget et celui des finances », a déclaré Médard Ndengando, délégué syndical de SYNAPTAS.     
À en croire Médard Ndengando, lui et ses collègues fonctionnaires de l’État veulent que la ministre sortant de la Fonction Publique, Madame Yollande Ebongo Bosongo soit entendue par l’Inspection Générale des Finances (IGF) concernant le problème du paiement de leurs primes d’encadrement et du remboursement des impôts professionnels sur leurs rémunérations.
Les agents du ministère de la Fonction Publique, modernisation de l’administration et innovation du service public, se disent prêts à maintenir leur grève jusqu’à ce que le Vice-Premier Ministre, ministre entrant, Monsieur Jean-Pierre Lihau Ebwa, viendra trouver la solution à leur problème.

Patrick Mangoma     

Laisser un commentaire

error: Attention, ce contenu est protégé !!