RDC : le vent d’adhésions des anciens Kabilistes à l’Union Sacrée sème déjà l’inquiétude au sein de l’UDPS Tshisekedi

Partager via

À travers un texte d’Aristide Bulakali posté sur son compte Facebook et sur celui de Paul Tshilumbu, tous cadres de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS/Tshisekedi), on peut constater que ces deux membres du parti présidentiel sont surpris, mais surtout inquiets de voir les anciens Kabilistes venir adhérer à l’Union Sacrée de la Nation, plateforme politique initiée par le chef de l’État, Félix Tshisekedi.

« Préparons-nous à accumuler des surprises. Il n’y aura pas que Boshab, Lumanu, Mende pour s’organiser autour du Président Tshisekedi. Beaucoup d’autres monstres s’annoncent. Et ce ne sera pas de leur faute, mais de la nôtre », a dit Aristide Bulakali, ancien directeur de cabinet adjoint du VPM et ministre honoraire de l’Intérieur Gilbert Kankonde au sein du gouvernement FCC-CACH.

Dans sa publication, on sait lire dans l’esprit d’Aristide Bulakali la crainte de voir les anciens caciques du PPRD et FCC occuper des postes clés des institutions du pays tout en étant auprès de Félix Tshisekedi dans l’USN, et cela au détriment des membres de l’UDPS qui ont combattu pendant longtemps aux côtés du défunt Étienne Tshisekedi avant que son fils accède à la magistrature suprême.

« La nature, tout comme la politique, ont horreur du vide. Nous-mêmes, on ne sait rien faire. Eux avancent, occupent des places disponibles, vides. Leur instinct de survie les conduit naturellement vers un Fatshi qu’on nous empêche d’atteindre. Le vide est comblé, et le jeu se joue sans nous et, tout bonnement, contre nous. Nous sommes coupables de ne rien faire, de ne plus rien voir, savoir, de ne plus être », a t-il rajouté.

Reconnaissant que les militants de l’UDPS passent maintenant leur temps à se plaindre au siège du parti plutôt qu’à se mettre au travail pour la réélection de Fatshi en 2023, Aristide Bulakali les invite à se réveiller et à travailler comme des vrais combattants pour ne pas donner l’occasion aux ex FCCiens qui viennent vers Félix Tshisekedi de gagner sa confiance en faisant de lui vainqueur anticipé quant aux prochaines élections.

« …Demain, Fatshi sera élu par les autres. Qu’allons-nous revendiquer ?
Continuez avec le djalelo à Limeté, léchez toujours les bottes là-bas, passez le temps à vous plaindre, cessez d’agir, et vous verrez pire que ça… Le combattant devient une espèce en disparition. Le vassal gagne du terrain. Tout ça, pour encore combien de temps ? Nous avons choisi de nous plaindre. C’est une bonne façon de cesser d’exister. On nous a eus. Refusons de mourir par leur mort.
Refusons seulement, ça fera de nous des hommes. Des vrais. Je veux dire des combattants comme nous a construits Étienne Tshisekedi », a conclu Aristide Bulakali.

Ces propos venant d’un cadre de l’UDPS sont une forme d’interpellation non seulement aux membres et militants du parti au pouvoir, mais aussi pour le Chef de l’État, Félix Tshisekedi qui depuis la création de sa plateforme « Union Sacrée de la Nation » jusqu’à ce jour, se retrouve comme son prédécesseur (Joseph Kabila) entrain de pratiquer le débauchage, en cherchant à travailler avec les anciens caciques du FCC dans l’USN.

Jeancy Ngampuru

Laisser un commentaire

error: Attention, ce contenu est protégé !!