RDC-Grève générale des CT et assistants de l’ESU: Pas de rentrée académique ce mercredi dans les établissements publics

Partager via

Après la déclaration des professeurs de l’enseignement supérieur et universitaire réunis au sein du RAPUCO et ayant décrété un mouvement de grève générale et sèche à partir de ce mercredi 05 janvier (date prévue pour la rentrée académique), les chefs de travaux et assistants ont également décidé de faire comme leurs maîtres.

Pour leur part, les chefs de travaux et assistants des établissements publics de l’ESU ont exprimé leurs revendications parmi lesquelles figurent le manque de considération de l’État à leur égard, l’écart salarial entre eux et les professeurs, tout en exprimant leur indignation de constater que certains employés des institutions étatiques sont mieux traités qu’eux en termes des conditions de travail.

Réunis au sein du Syndicat des chefs de travaux et assistants de la RDC (SYNACASS-RDC), ces employés de l’ESU condamnent les propos du ministre de tutelle Muhindo Nzangi qui semble ne pas considérer leur statut de « formateurs », en les traitant des étudiants à qui l’État donne juste quelque chose à titre de gratitude.

« …D’entendre les propos de notre ministre de tutelle, SEM Muhindo Nzangi nous réduisant davantage en nous traitant d’étudiants à qui, l’État donne juste quelque chose en guise de reconnaissance », peut-on lire sur la déclaration du SYNACASS-RDC.

Quant à ce, le Syndicat des chefs de travaux et assistants de la RDC pose quelques conditions à l’État congolais dont le paiement aux assistants de la moitié du salaire d’un professeur ordinaire, tout en exigeant la répercussion du même traitement aux autres catégories du corps scientifique.

Les CT et assistants exigent également à l’État de mécaniser les 27.000 nouvelles unités et payer environ 6.000 chefs de travaux à leur grade réel, tout en demandant l’interdiction de tout recrutement de nouveaux membres du corps scientifique jusqu’à la régularisation de ceux qui sont déjà en activité et non payés.

Selon les déclarations du SYNACASS-RDC, les chefs de travaux et assistants ne vont reprendre les cours que quand les autorités compétentes se saisiront de leur dossier et répondront favorablement à leurs exigences.

À cette allure, la rentrée académique 2021-2022 prévue pour ce mercredi 05 janvier, reste encore hypothétique et cela risquerait de compliquer les choses pour les étudiants congolais dont l’éducation souffre déjà depuis un certain temps.

Patrick Mangoma

Ci-dessous la déclaration intégrale du SYNACASS-RDC :

Laisser un commentaire

error: Attention, ce contenu est protégé !!