16 janvier 2001 – 16 janvier 2022 : 21 ans plus tard, les congolais se remémorent l’assassinat de L.D Kabila

Partager via

C’est devenu un devoir de mémoire pour les congolais de la République Démocratique du Congo à qui la date du 16 janvier de chaque année rappelle l’assassinat de Mzee Laurent-Désiré Kabila ayant eu lieu en 2001.

Il était environ 14 heures à Kinshasa, le mardi 16 janvier 2001. Pendant que l’ancien président congolais Laurent-Désiré Kabila travaillait dans son bureau, au palais de Marbre où il habitait, un de ses gardes du corps, un ancien kadogo au nom de Rashidi Mizele Kasereka entra et tira sur lui. C’est ce jour là que Mzee rendit l’âme.

Il sied de noter que l’homme qui a fait tomber la dictature du Maréchal Mobutu, en 1997 grâce à la rébellion qu’il a menée avec l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo (AFDL), n’est resté au pouvoir que pendant près de 4 ans, avant d’être tué et remplacé par son fils Joseph Kabila en 2001.

Tout le monde sait que c’est Rashidi qui l’a assassiné, mais les vrais commanditaires de ce meurtre restent encore inconnus jusqu’à ce jour, car l’assassin de Mzee a également été abattu sur place par son ancien aide de camp à l’époque le Colonel Eddy Kapend dont l’acte a été condamné par plusieurs personnes estimant que cela est à la base du flou existant jusqu’à présent sur cet assassinat.

Cependant, l’histoire révèle que ce qui a précipité la mort de celui qui portait l’épithète « Soldat du peuple », c’est notamment le fait qu’une fois arrivé au pouvoir, l’homme a transformé en ennemis ses alliés Rwandais et Ougandais qui l’ont aidé à détrôner le feu Mobutu, le Roi du Zaïre.

Une autre raison ayant occasionné la chute rapide de Kabila le père, c’est le fait qu’idéologiquement parlant il était comme Patrice Emery Lumumba, un « nationaliste congolais » dont le but était d’utiliser le sous sol et la grande potentialité économique de la RDC au bénéfice du pays, et cela était au détriment des puissances étrangères et des firmes multinationales. D’où l’augmentation de nombre de ses ennemis à travers le monde.

L’histoire renseigne que c’est 40 ans après le meurtre du père de l’indépendance du Congo Belge Patrice Emery Lumumba (le 17 janvier 1661), que Mzee Laurent-Désiré Kabila sera assassiné à son tour, le 16 janvier 2001. Et aujourd’hui tous ces deux défunts nationalistes congolais sont considérés comme des héros nationaux.

Né le 27 novembre 1939 à Jadotville, aujourd’hui Likasi, l’ancien président de la RDC, Mzee Laurent-Désiré Kabila est mort à l’âge de 62 ans.

Patrick Mangoma

Laisser un commentaire

error: Attention, ce contenu est protégé !!