Kinshasa – meeting de Lamuka : le présidium de cette plateforme politique demande à l’IGF d’enquêter sur la taxe RAM

Partager via

Au cours de leur meeting tenu ce samedi 09 octobre à la place Sainte Thérèse située à Nd’jili dans la ville province de Kinshasa, la coalition Lamuka a haussé le ton sur la question de Registre des Appareils Mobiles (RAM) instauré par le ministère des PTNTIC.

Réagissant quant à ce, Adolphe Muzito et Martin Fayulu ont à tour de rôle fustigé cette taxe, jugée « illégale » par la population congolaise et beaucoup d’acteurs politiques.

Pour Adolphe Muzito, président national du parti politique Nouvel Élan, le RAM doit être annulé car il repose sur un décret illégal et illicite.

« Il faut annuler cette taxe parce que la population n’est pas d’accord. C’est un décret illégal et illicite », a lancé Adolphe Muzito, ancien premier ministre congolais cité également par les animateurs actuels des PTNTIC, comme étant initiateur de RAM.

De l’autre côté, Martin Fayulu président national de l’Écidé et nouveau coordonnateur de la coalition Lamuka, a demandé à l’IGF d’enquêter sur ce dossier et de rembourser l’argent déjà perçu.

« Le RAM a déjà généré plus de 260 millions de dollars. Où est passé cet argent? Nous voulons le remboursement de cet argent. Nous demandons à l’IGF de dire où est passée cette somme d’argent », a lancé cet ancien candidat aux élections présidentielles de 2018.

Il sied de rappeler que pour ce dossier RAM qui fait perdre au quotidien des unités aux congolais à chaque recharge, il y a une motion de défiance en gestation contre le ministre des PTNTIC Augustin Kibassa Maliba.

Cette motion de défiance est initiée par le député national Claude Misare qui exige le départ d’Augustin Kibassa au cas où le RAM ne serait pas supprimé.

Jeancy Ngampuru

Laisser un commentaire

error: Attention, ce contenu est protégé !!