Censure des chansons « Nini tosali te » et « Lettre à ya Tshitshi » : « La décision n’émane pas du gouvernement » (Patrick Muyaya)

Partager via

Pour élaguer la polémique autour de la censure médiatique des chansons « Nini tosali te » et «Lettre à ya Tshitshi» par la CNCCS, le porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya a réagi pour affirmer que cette décision ne vient pas du gouvernement.

Selon ce ministre de la Communication et des médias en RDC, dans un état de droit tout citoyen peut librement émettre son opinion, mais cela ne doit pas aller au-delà des limites prévues par la loi.

« La décision portant censure des chansons n’émane pas du gouvernement. Dans le changement de narratif que nous prônons, tout citoyen est libre d’exprimer son opinion sous réserve des dispositions légales », a déclaré Patrick Muyaya.

Notons que Didi KeloKelo, inspecteur de la Commission Nationale de Censure des Chansons et des Spectacles (CNCCS) est revenu sur ce dossier pour signifier que les auteurs compositeurs de ces deux chansons devaient obtenir une autorisation préalable avant de mettre les clips de ces morceaux à la disposition du public.

Pour le chef de la CNCCS, c’est le vice de procédure qui a conduit à la suspension momentanée de la diffusion de ces compositions musicales, pour procéder à un examen approfondi et s’entretenir avec les auteurs (le groupe MPR et l’artiste Bob Elvis).

Cette décision de la CNCCS a engendré l’indignation de la part de quelques acteurs sociopolitiques qui ont estimé que cette mesure viole l’État de droit et la liberté d’expression garantie dans l’article 23 de la constitution.

Jeancy Ngampuru

Laisser un commentaire

error: Attention, ce contenu est protégé !!